Comprendre le monde des guérisseurs, chamanes, barreurs de feu, mediums

Mes amis me demandent souvent comme ça marche tout ca : soulager en imposant les mains, barrer le feu, la médiumnité... Et le chamanisme ? Alors je voudrais tenter d’apporter ici quelques réflexions.


En médecine la question du sens semble limitée, bien souvent la médecine veut davantage soigner que comprendre et s’efforce de passer par la chimie ou l’opération (toutefois pas partout car certaines approches mettent de plus en plus en lien les émotions liées aux évènements de la vie et les maladies chroniques).


Comme l’explique Jean-Dominique Michel, anthropologue de la Santé, le médecin traite ce qui est observable et classe les symptômes du corps et de la tête en pathologie qu’il va ensuite traiter. Pour lui, le guérisseur, chamane, médium, se place dans un autre cadre, une autre représentation du corps, de ce qui l’habite et des liens entre ces différents corps (on peut résumer ces corps en corps physique, et corps subtils : éthérique, mental, émotionnel, psychique et spirituel). Le guérisseur, le chamane, se retrouve dans un espace-temps différent, sur une réalité non matérielle. Il intervient sur d’autres niveaux de conscience comme l’émotionnel, le mental, le spirituel. De même le barreur de feu n’intervient pas sur le physique mais sur les autres dimensions qui entrent en ligne de compte dans les brulures.


Différentes cultures vont avoir différentes représentations de cet espace-temps, et des symboliques diverses. Chaque peuple a développé à différentes époques son espace et la relation corps esprit ; chaque peuple a eu, et a encore maintenant, des hommes et femmes médecine, des guérisseurs, des chamans et leur capacité à voir au-delà du physique. Différents courants de psychologie, tel que l’ethno-psychologie, la psycho-généalogie ou la psychologie transpersonnelle, ont mis en avant l’importance d’influences autres que celles de notre réalité physique présente dans des douleurs et blocages divers.


La guérison fait partie de l’univers de l’imaginaire, de l’inconscient et du symbolisme, par rapport à la pensée logique. Le symbole a une multitude de sens en effet et il n’en faut pas moins pour la complexité de l’être humain.


Dans notre société occidentale, on a tendance à écarter cette partie imaginaire pour laisser la place à la logique, le cartésien. C’est véritablement se couper d’une partie de soi-même, car ces deux aspects sont bien représentés dans le cerveau par deux hémisphères : le gauche, rationnel et analytique et le droit, intuitif, créatif. Mais si souvent l’un prédomine, nous sommes faits pour fonctionner avec les deux. Ne fonctionner qu’avec le rationnel et cartésien équivaut pour moi à se couper d’une partie de ce que l’on est, d’une partie de notre histoire. Pour ma part, j’aimerais voir ces deux approches marcher ensemble pour aller plus loin. La médecine occidentale fait des prouesses pour les traumatismes physiques, tels que des greffes, amputations après accident etc... Il est pour moi essentiel dans ces cas-là d’intervenir également sur un autre plan pour retrouver la cohérence des corps subtils et physique, et permettre à la personne de reconstruire son histoire, pour poursuivre sa vie.

La maladie, les maux, deviennent alors une réalité qu’il convient de s’approprier et à laquelle il faut trouver un sens. Or ce sens n’est souvent pas directement transmissible dans notre vie matérielle. Il convient donc de le trouver plus loin, de trouver son origine et de le faire correspondre à la réalité à cet instant.


Dès lors, la guérison est un cheminement, une transformation et le guérisseur accompagne la personne sur son chemin lors d’une ou plusieurs séances, en l’aidant à décoder ce qui vient, à trouver ce qui fait du sens, par la parole souvent. Le chamane intervient sur une autre réalité et fait le lien entre le monde des esprits, le monde invisible et celui que nous connaissons. La guérison, comme l’éveil du reste (qui vont souvent de pair) non seulement n’est pas linéaire, mais elle intervient sur plusieurs plans qui sont liés entre eux par une toile complexe.


C’est ainsi que je m’efforce d’accompagner les personnes que je reçois, en restant ouverte à ce qui vient, ce que je ‘canalise’ et qui provient d’une réalité différente. Je peux sentir des déséquilibres énergétiques, des vides, les rééquilibrer et y ramener la circulation de l’énergie, ou barrer le feu qui consume. Je travaille sur des émotions car je les ressens parfois vivement, en les laissant passer par moi et s’exprimer (souvent par des pleurs), je les libère ce qui permet à la personne de se sentir plus légère, l’émotion qui était sous-jacente se dissipe. Parfois ce sont d’autres niveaux de conscience qui s’expriment depuis cet autre espace-temps, comme des blessures d’enfant.


Depuis quelques temps je travaille également à partir d'une approche chamanique. Les chamanes, que l'on retrouve dans les peuples traditionnels, en Mongolie, en Amérique du Nord, MesoAmérique, Sibérie, sont les premier guérisseurs. Ils dialoguent avec le monde de l'invisible, en cela semblable aux médiums et guérisseurs. Mais plus que cela, le chamanisme offre un mode d'emploi de la vie en nous reliant à une 'roue médecine', une sorte de boussole pour traverser notre incarnation, des rites de passages et rituels qui nous remettent dans les cycles de la vie. Le chamane utilise la transe pour accéder à ce monde. Si le mot peut faire peur car l'on se représente un être désarticulé qui gesticule, crie et s'agite, il s'agit d'un état modifié de conscience comme on en trouve en méditation. Un chamane est formé durant de nombreuses années à maitriser la transe, et négocier entre les mondes pour soulager les hommes, la terre. Je ne prétendrai pas être chamane, l'enseignement est très vaster, mais ai été formée à la transe et la roue médecine pour accompagner ceux qui le souhaitent. Je retrouve dans mon monde chamanique l'essentiel de la pratique, certains aspects Christiques qui me correspondent, et des capacités qui peuvent s'exprimer par ailleurs différemment.


J’aime faire ça avant tout car cela me permet d’être pleinement moi-même ; à contrario ne pas le faire serait dépérir. C’est aussi un vrai plaisir de pouvoir accompagner ceux qui le souhaitent, lors d’une séance, ou plus, et les aider à intégrer une partie de leur histoire.


Enfin, si cela vous intéresse et que vous ne savez pas quel soin vous convient, n’hésitez pas à appeler le praticien (que ce soit moi ou un autre !), à poser des questions, et puis... fiez-vous à votre intuition !

Prenez soin de vous,

Claire

Voir mes soins






202 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout