top of page

Pourquoi on devrait tous accueillir nos émotions

Certaines approches recommandent les pensées positives, pour chasser le négatif. Pas si simple, et pas si efficace à mon sens. Pour bien vivre avec, il faut les reconnaître, les apprivoiser, comme on apprivoise certaines parties de soi-même.


Les émotions font l'objet de bien des attentions car elles sont la source de bien des maux. On comprend de mieux en mieux leur importance, elles sont en première ligne dans de nombreuses modalités psycho-énergétiques. Je les croise au quotidien chez les personnes que j'accompagne et il me semblait important de faire le point, vous proposer une approche pour mieux vivre avec et ne pas vous laisser envahir par leur négativité.



Après des années de questionnements, de pratique de yoga, méditation et qigong, ma pratique en tant que guérisseuse, il m'apparait que les émotions sont le lien entre le corps et l’âme, un lien sacré. C'est à travers les émotions que nous sentons toutes les dimensions de l'humain. Par ailleurs, notre capacité à nous rappeler du passé et à nous projetter dans le futur avec ces émotions, fait qu'elles ont un impact sans doute plus important qu'elles ne devraient. Aussi, elles peuvent persister au dela des incarnations, rendant leur traitement plus complexe. Enfin, le changement de nos vies depuis plus d'un siècle, l'accès à l'information, au développement personnel et le besoin de trouver sa place, sa voie, la place des femmes, tout cela a laissé la part belle, et parfois libre cours, aux émotions. En même temps, nous avons toujours du mal à leur laisser une place, sans les laisser diriger notre vie.

On veut souvent les contrôler, les oublier, pour qu'elles arrêtent de nous faire mal. En réalité, il faudrait les accueillir plultôt que les contrôler ou les mettre sous cloche.

La nature des émotions


Elles peuvent être positives ou négatives. Négatives dans le sens où elles se mettent en travers de notre route, au lieu de nous élever, de nous faire avancer, comme celles qui sont positives (la joie, le rire, la gratitude, l'espoir, la motivation, l'intérêt, la fierté..).


Les émotions négatives vont être la colère, la peur, (les deux principales émotions négatives à mon sens), le mépris, la honte, la jalousie... Ce sont les émotions négatives qui curieusement ont la part belle, nous tendons naturellement plutôt vers elles en général, ce sont elles qui présentent des blocages et qui font tourner nos pensées en boucle.


Les émotions sont des sensations, comme l'explique Peter Levine, spécialiste des traumatismes. Vous pouvez le sentir par vous-même: lorsque vous avez conscience d’une émotion, fermez les yeux, prenez le temps de la ressentir en respirant lentement et localisez la dans votre corps. Vous pouvez aussi décrire cette sensation.


Les émotions ont la particularité de provoquer des réactions physiques : la peur va nous paralyser, ou décupler nos forces pour courir; certaines peurs vont mettre notre coeur à rude épreuve. Parfoins, on pourra entendre un commentaire désagréable à notre égard, et le ressentir au niveau du plexus solaire, comme un coup qui nous a été porté.


Mais elles créent aussi des réactions chimiques, telles que libérer de l'adrénaline - ou de l'ocytocine pour les émotions positives - nécessaires souvent pour accompagner une réponse physique notamment de type combat ou fuite.


Parfois, ces sensations s'expriment davantage par des symptômes physiques sans que l'on puisse les analyser : quelque chose nous traverse, une émotion qui nous fait rire ou pleurer, qui nous touche, sans que l'on puisse mettre de mots dessus. Ou alors, cela peut être un enchevêtrement d'émotions, qui fait que les mots se chamboulent et ne peuvent s'articuler.


Les émotions négatives ont la capacité de cristalliser dans le corps, notamment dans les organes. La médecine chinoise fait correspondre une émotion à un organe (puis aussi à un élément, à une saison, une couleur)..


Des émotions non exprimées, enfermées, risquent de se développer en douleurs telles que le dos bloqué, genou douloureux etc... le corps a besoin de parler parfois pour se faire entendre, quitte à la faire dégénérer en maladie s'il n'est pas écouté. Il m'arrive souvent en soin de libérer des émotions bloquées; c'est en passant les mains au dessus du chakra lié à tel ou tel organe ou telle partie du corps, que l'émotion va ressortir. Ainsi la tristesse est souvent bloquée sur les poumons.


C’est un peu pour cela que je ne suis pas adepte des grands principes de se dire que tout va bien, lorsque ça ne va pas. En se répétant que tout va bien, en "faisant comme si", en général on va faire taire ses émotions ; elles vont bien souvent aller se figer quelque part, et peut -être attendre une autre occasion, une autre couche, pour dire leur trop plein et s’exprimer. Ca risque de faire mal....


Au contraire je dirais de laisser cette émotion nous traverser. Parfois, un jour d'hiver pluvieux va nous amener à la mélancolie par exemple, une musique va nous transporter et nous faire vivre quelque chose, sans que l'on puisse l'idetnfier. Alors on peut s'apercevoir que l'on aime bien visiter cet aspect là, ce moment là. Je vous suggère de le vivre. Parfois en allant au bout de ce qui nous traverse, nous pourrons trouver l'issue et en sortir. Il est probable qu'il y ait eu guérison de quelque chose. On peut se laisser bercer par telle ou telle émotion, sans nécessaire la comprendre, savoir d'ou elle vient, ou l'articuler. Justement cela nous amène au plus près de ce que nous sommes, cette complexité multi dimensionnelle.


Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut se plaindre tout le temps que ça ne va pas!


Les émotions négatives nous font facilement tourner en boucle sur ce que l'on a pas fait, ce qu'on aurait voulu faire si x ou y, et nous laissent figés sur un moment du passé, sur quelquechose qui a pesé. Et finalement elles nous empéchent de voir ce qui a été positif. Personne ne tourne en rond sur des émotions positives ! Et c'est là qu'elles nous affectent.


Il faut aussi savoir que parfois, les émotions viennent d'ailleurs et sont du à des blocages karmiques (de vies passées) ou transgénérationnels (de nos ancêtres). C'est dire la profondeur des douleurs qu'elles peuvent créer et comme elles peuvent nous marquer.


Comment faire alors ?


Les accueillir pour les apprivoiser